Optimisation Des Moteurs De Recherche Et Développement De Clientèle

Aujourd’hui encore, trop nombreux sont les profanes aux yeux desquels l’Internet reste une terre inconnue, aux rituels propres et au langage incompréhensible. Pour se convaincre des réticences que continue à susciter le réseau parmi les professionnels du droit en particulier, il suffit d’ailleurs de faire état de tous les domaines de la pratique au sein desquels son utilisation est encore exclue. Par exemple, le courriel n’est toujours pas un mode de signification accepté par le législateur, et nombre d’avocats lui préfèrent la télécopie pour de simples communications. Les tribunaux de la Belle Province ne permettent pas encore la production de procédures par voie électronique, ni ne fournissent d’interface qui permette de gérer l’instance en ligne. Il serait pourtant possible d’effectuer certaines démarches à distance, comme indiquer au rôle électronique le report de la présentation d’une requête, ou son complet retrait. À défaut de pouvoir se faire sans déplacement, de telles démarches ont aujourd’hui un coût indument élevé pour notre clientèle.

Et pourtant, comme nous le disait Lavoisier : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » C’est aussi vrai pour l’Internet, outil permettant d’exécuter autrement les mêmes tâches, avec les mêmes interrogations de fond que par le passé. La clientèle des avocats le sait, et fait maintenant de plus en plus confiance à la toile pour trouver le professionnel qui répondra à ses attentes. De même que l’annuaire complétait auparavant le bouche à oreille, l’Internet est devenu ce grand livre dont les pages contiennent suffisamment d’informations sur les praticiens en exercice pour répondre à toute demande de services juridiques. Pour tout cabinet et leurs membres, il est donc devenu essentiel d’avoir une visibilité optimale dans le cyberespace.

SEO : la science du marketing d’aujourd’hui

Toute une « science » s’est alors développée au soutien de cette nouvelle branche capitale du marketing moderne : la « search engine optimisation », ou « optimisation pour les moteurs de recherche ». Son but : rendre une entreprise ou un professionnel aussi visible que possible aux yeux de ses clients potentiels. Car lorsque l’on veut faire sa promotion sur le réseau, il ne suffit pas de créer un site. Encore faut-il que celui-ci soit aisément repérable par les moteurs de recherche (Google, MSN, Yahoo…) qui guident les internautes à travers la nébuleuse des informations mises à leur dispositions.

Les professionnels du droit qui souhaitent améliorer leur visibilité sur l’Internet ont plusieurs options. Certaines sont payantes. On peut ainsi rémunérer les compagnies exploitant ces moteurs de recherches pour que ceux-ci affichent un lien « sponsorisé » au-dessus des résultats demandés. Il est également possible d’avoir recours à des consultants qui mêlent science du marketing et technologie de l’information pour publiciser un site Internet ((e.g. Stem Legal)). Mais certaines autres solutions sont gratuites, généralement ignorées du plus grand nombre, et pourtant très efficaces. Faisons-en donc rapidement le tour.

L’optimisation des moteurs de recherche consiste à construire et éditer un site Internet de façon à le rendre aussi attractif et visible que possible pour les moteurs de recherche. De cette façon, le nombre de visiteurs du site doit augmenter en proportion. Les manipulations nécessaires peuvent relever du codage, de la structure du site, ou concerner le contenu de ce dernier. Il est en outre évidemment nécessaire de connaître la façon dont fonctionnent les moteurs de recherche, pour inclure au sein du site les appâts susceptibles de les alerter.

Google, le moteur de recherche de loin le plus fréquenté, utilise ainsi des « robots » (“bots”) qui parcourent la toile à la recherche de sites Internet, afin de les cataloguer. Lorsque l’utilisateur indique des critères de recherche, Google utilise un algorithme croisant de nombreux facteurs qui lui permettent de déterminer quels sont les sites les plus pertinents, et les plus populaires. La note ainsi obtenue par les différents sites détermine l’ordre dans lequel ils apparaîtront sur la page de résultats. Évidemment, plus un site Internet est haut placé dans cette page de résultats, meilleures seront ses chances d’être visité par l’utilisateur du moteur de recherche, et de générer ainsi des retombées économiques. ((Pour un tableau résumé des facteurs affectant (positivement ou négativement) la façon dont le contenu d’un site web est apprécié par Google, voir http://tinyurl.com/mondejuridique15))

Les bons mots-clés ouvrant les bonnes portes

Les mots-clés sont donc le premier élément à modeler afin d’augmenter le nombre de visiteurs d’un site Internet. L’avocat concerné doit déterminer quels mots-clés ses clients potentiels indiqueraient à leur moteur de recherche. Ensuite, cet avocat doit s’assurer de faire apparaître ces mêmes mots-clés aux endroits stratégiques de son site Internet (ce qui requiert quelques connaissances en programmation html). Par exemple, les mots-clés essentiels doivent être inclus dans le code contrôlant le titre qui figure en tête de chaque page du site. Le texte de la page lui-même doit idéalement reprendre ces mots-clés, pour augmenter le nombre d’endroits où le moteur de recherche va les retrouver, et donc améliorer la pertinence du site.

Évidemment, la précision de ces mots-clés est un gage d’efficacité. Ainsi un avocat montréalais ne se démarquera-t-il pas avec un titre indiquant : « Me Guy Masson, avocat à Montréal ». Sur cette base, des centaines de confrères, également avocats à Montréal, sont susceptibles d’être retrouvés par les moteurs de recherche. En revanche, si cet avocat pratique essentiellement dans le secteur de l’assurance et du transport, il aura avantage à indiquer en tête de page : « Me Guy Masson, avocat spécialiste du droit de l’assurance et des transports, Montréal ». De même le contenu de la page doit-il éviter de cumuler des mots-clés inutiles dans l’espoir de ratisser plus large : la répétition des mots-clés essentiels offre un résultat bien plus satisfaisant ((Attention, certains prétendent que Google pénalise un usage excessif de cette technique. )).

Du contenu pour être vu

Un autre élément important de cette lutte pour la visibilité consiste à obtenir le référencement de son site par d’autres sites. La beauté en est que ça ne requiert pratiquement aucune connaissance en matière de programmation. Plus nombreux seront les sites faisant référence à l’avocat concerné, meilleures seront ses chances d’être retrouvé par un moteur de recherche. L’avocat qui inclut sur son site un contenu digne d’intérêt, constitué d’articles ou autres pages d’informations synthétiques, augmente ainsi les chances que d’autres sites renvoient leurs lecteurs vers ce contenu, pour de plus amples d’informations. À ce titre, créer et entretenir un blogue actif peut susciter de nombreux renvois. Il peut être utile également de bien construire et entretenir son profil public sur un site de réseautage social comme Linkedin et d’y effectuer plusieurs renvois vers d’autres sites traitant des professionnels concernés : curriculum vitae en ligne, articles traitant de l’avocat en question, ou écrits par ce dernier, et publiés sur d’autres sites…

En revanche, certaines pratiques contraires à l’éthique du réseau sont sanctionnées par les moteurs de recherche. Ainsi, créer plusieurs sites renvoyant au site principal, uniquement dans le but d’améliorer le référencement de ce dernier, est moralement discutable en ce que ces sites ne sont créés que pour engendrer l’illusion selon laquelle le site original est d’un grand intérêt, puisque cité à plusieurs endroits de la toile. Google en particulier recherche et identifie ce genre de pratiques, et en sanctionne les auteurs en retirant parfois complètement leur site de son référencement.

Aujourd’hui, la construction soignée et la pertinence élevée d’un site Internet est déjà un outil formidable de développement de la clientèle. Demain, cette même clientèle y verra certainement un gage de sérieux et de modernité des avocats. L’enjeu vaut largement l’effort requis, tant les retombées en terme de visibilité sont grandes. Si donc vous souhaitez contacter des professionnels de ce secteur en plein boom, essayez donc de taper « search engine optimization » dans votre moteur de recherche préféré… et jugez du résultat!

Retweet information »

Comments

  1. Bonjour David, je trouve cet article très intéressant.

    Construire un site web est une bonne initiative. Mais l’intérêt n’en est que limité si personne ne peut y accéder via les moteurs de recherche. Cela constitue un gâchis de potentiel immense. Aujourd’hui Google; le leader du marche de la recherche en ligne avec plus de 65% des parts de marché; compte plus de 8 milliards de pages web indexées. Trouver un site non optimisé s’avère souvent difficile. Le SEO (Search Engine Optimization) permet de vous distinguer face à la compétition et d’accroitre votre visibilité. L’objectif étant d’améliorer votre position afin d’être plus visible; ceci dans le seul est unique but d’attirer plus de visiteurs…clients potentiels.
    En effet, environ 75 % des surfer ne continuent pas leur recherche au delà de la 3eme page de résultats.
    Le nombre et la qualité de liens unilatéraux convergent vers votre site, la qualité d’optimisation de votre code, la qualité et la pertinence de votre contenu, la facilité de navigation de votre site etc. sont quelques éléments qui permettront à votre site d’être apprécié des moteurs de recherches. Plus les termes pour lesquels vous désirez obtenir des classements sont généralistes, plus les résultats seront longs à obtenir. En effet, vous obtiendrez des résultats visibles plus rapidement pour des termes niche tels que “avocat immigration Montréal” vs “avocat Montréal”.
    Le choix des mots clés rentables à votre entreprise doivent être choisis de manière judicieuse. Aujourd’hui, il est existe un grand nombre d’outils gratuits qui vous permettent d’évaluer le volume de recherches que certains mots clés génèrent. (ex: http://www.google.com/insights/search).

  2. Merci pour ta contribution! Très utile de pouvoir évaluer l’efficacité des mots-clés envisagés!