Column

Pour Des Raisons Technologiques… Et Juridiques! / a Website Overhaul… for All the Right Reasons

[ français / English ]

Pour toutes sortes de raisons, il est temps d’une grande refonte de la présence Web d’Éducaloi. En effet, nous travaillons depuis plusieurs mois à refondre le site Web d’Éducaloi tout en travaillant également à refaire l’image de marque de notre organisme qui existe depuis l’an 2000. La mise à jour de notre image de marque vise à s’assurer que le grand public et le milieu juridique comprennent mieux qui nous sommes et ce que nous faisons. Aussi, elle vise à augmenter la notoriété d’Éducaloi dans la population québécoise. Ces deux grands chantiers se font en parallèle et culmineront ensemble à l’automne 2012.

La technologie soutenant le site actuel d’Éducaloi date de 2005. La gestion de contenu de ce site est difficile car, dans les faits, nous n’avons pas un véritable outil de gestion de contenu mais plutôt un outil de publication. La gestion de notre contenu se fait manuellement grâce à des bases de données externes et un travail hors pair des juristes qui veillent à ce que notre site soit toujours à jour selon le droit en vigueur.

En plus des questions de pure gestion de contenu, le site actuel nous limite dans :

  • l’ajout récurrent de nouveau contenu juridique;
  • ’ajout de contenu sous des formes plus variées (tableaux, diagrammes, illustrations, vidéo intégré);
  • le suivi des avancées technologiques.

Voulant que cette refonte ne soit pas qu’esthétique, nous avons voulu tout d’abord faire une analyse stratégique et fonctionnelle :

  • des besoins des Québécois en information juridique;
  • du comportement des internautes en général;
  • de nos besoins et capacités en tant qu’organisme sans but lucratif.

La rigueur fait partie de nos valeurs. Ainsi nous voulions nous assurer de mieux outiller les juristes qui font la veille législative et jurisprudentielle des articles publiés sur notre site. Il y a aussi une considération de ressources humaines. Les juristes en question doivent pouvoir passer davantage de leur temps à la mise à jour du contenu plutôt qu’à se battre avec des tableaux et des bases de données complexes externes.

Durant de longs mois, nous avons donc travaillé avec des fournisseurs de service pour analyser notre site actuel et identifier les besoins de la population en information juridique sur le Web. Nous avons aussi travaillé à mieux connaitre et comprendre le fonctionnement de l’écosystème du Web, ses différents canaux, leurs interactions, etc.

Nous avons par ailleurs été formés sur les rouages de l’écriture pour le Web ce qui inclut, mais pas exclusivement, l’écriture SEO (Search Engine Optimization), ou, dans sa version francisée, l’OMR (optimisation pour les moteurs de recherche).

Ce dernier point est important. Parmi les principales sources des visites sur notre site actuel, les moteurs de recherche se démarquent largement avec 80,79% des visites (chiffre sur un an en date du 11 juin 2012). D’ailleurs, 76,39% de nos visites proviennent de requêtes dans le seul moteur de recherche Google. Nous sommes ainsi relativement dépendants du référencement que nous accorde Google. L’objectif ambitieux est donc de toujours sortir parmi les premiers résultats lorsqu’un internaute fait une recherche ayant un aspect juridique. Pour ce faire, nous posons plusieurs actions.

D’abord, nous revoyons la façon de rédiger le contenu sur notre site. Notre contenu étant déjà en langage clair, la conscientisation à l’écriture pour les moteurs de recherche et conçu pour la lecture à l’écran nous permet d’approfondir notre travail à cet égard. Nous réduisons la longueur de notre contenu en écrivant de façon monothématique, c’est-à-dire un seul thème précis abordé par contenu. Cette écriture permet la réorganisation dans des catégories qui permettant aux internautes de trouver le contenu de notre site.

Nous ne faisons pas de l’écriture SEO pure puisque ça ne donne des textes bourré de mots clés sans être clairs pour les lecteurs. Toutefois, tout en restant très cohérent et en respectant la valeur juridique, nous faisons une analyse des mots utilisés dans les requêtes des internautes.

Ainsi nous nous assurons que notre contenu contient, autant que possible, les mots utilisés par le grand public. Un exemple : le concept de patrimoine familial est important en droit québécois pour les personnes divorçant ou dans le cas du décès d’un conjoint. Cependant, si ce concept est connu du grand public québécois francophone, il ne l’est pas du public québécois anglophone. Donc, dans une nouvelle capsule sur le patrimoine familial en anglais, nous mentionnerons le terme juridique « family patrimony » mais utiliserons aussi souvent que possible les termes « division of property », « division of assets » ou « property », puisque c’est ce que les internautes anglo-québcois recherchent.

Aussi, nous avons été acceptés dans le programme Google Grants. Ce programme de Google nous permet d’utiliser gratuitement la publicité Adwords de Google jusqu’à un certain maximum par mois. Depuis que nous avons activé le compte Adwords, et que nous avons optimisé nos campagnes, nous obtenons d’excellents résultats : près de 20 000 visites par mois nous proviennent de ces annonces. De plus, nous ne pouvons en être complètement certains, mais nous croyons l’augmentation de notre PageRank est en partie liée à l’activation de ce compte.

Il va sans dire que nous espérons grandement que tous ces efforts, en plus de la campagne de notoriété que nous ferons à l’automne et à l’hiver, contribueront à augmenter le nombre de visites sur notre site. Nous souhaitons que nos efforts mènent, avec le temps, à développer un « réflexe Éducaloi » chez les Québécois lorsqu’ils se poseront des questions juridiques. Nous estimons que plus les gens connaitront leurs droits et obligations, plus ceux-ci pourront prévenir des conflits, mieux faire protéger leurs droits et agir en citoyens avisés. Pour cela, des organismes comme le nôtre doivent travailler dur pour rendre l’information juridique accessible au plus grand nombre.

——————————————–

For a host of reasons, Éducaloi is rethinking and revamping its Web presence. In fact, for months we’ve been working on overhauling our website. At the same time, we’ve been redesigning the brand image Éducaloi has used since 2000. We think that an updated image will help both the general public and the legal sector better understand who we are and what we can offer. The changes will also boost our public profile. The work on the website and new brand are going on in parallel. The results will be unveiled in the fall of 2012.

The technological workings of Éducaloi’s website date back to 2005. Managing all the content has become difficult because we don’t have a real content management tool, only a publication tool. Content is managed manually, thanks to external databases and the amazing work of employees who stay on top of legal developments and make sure our content reflects changes to the law.

Aside from content management challenges, the current website is unwieldy when it comes to

  • constantly adding new content ,
  • adding content in a variety of formats (tables, diagrams, illustrations, videos, etc.), and
  • keeping up with changes in technology.

But we don’t want the website revamp to only be esthetic: we also want it to be strategic. This means we are re-assessing

  • the needs of Quebecers when it comes to legal information,
  • how people consume information on the Internet, and
  • what is feasible given that we are a non-profit organization.

Attention to detail and accuracy is a core part of our organizational values. We therefore wanted to make life easier for our colleagues charged with making sure our content is legally up-to-date. We had to give them better tools to replace the charts and complicated external data bases currently used to update content.

Over the past year, we have been working with outside firms to analyze our old site and identify what the public needs when it comes to legal information on the Web. We have also been studying how different parts of the Web ecosystem work and interact.

The team at Éducaloi has taken training in the latest techniques for writing for the Web, including search engine optimization (SEO) techniques.

SEO is really key: by far the biggest source of traffic to our site is search engines. For the period June 11, 2011 to June 11, 2012, 80.79% of visits came via search engines. Also, 76.39% of visits came from the Google search engine alone. We really are dependent on the ranking our site has on Google.

Our goal is to always come first in the results people get when they search for legal information on the Web. To achieve this, we are doing several things. First, we are changing the way we write our Web content. Our content was always in plain language. But now we are also writing for search engines and for reading on a computer screen. Our articles are shorter and stick to one theme. This style of writing is letting us re-do our website ergonomics and make articles easier to find.

But we aren’t going overboard with writing for search engines. We check what kinds of key words are used in searches and incorporate these into our articles. But we aren’t packing our articles with these words. That makes for articles that are tedious to read and not always very clear.

Here is an example of how we might incorporate key words into an article: the notion of family “patrimony” is important in Quebec law. It comes into play during a divorce or when a spouse dies. While this notion is fairly familiar to Francophone Quebecers, it is not well known amongst Anglophones in Quebec. So in a new article in English on this topic, we used the term “family patrimony”, but we also used other terms people probably use in searches, such as “division of property”, “division of assets” and “property”.

To rise to the top in search engine results, we also applied for and were accepted to the Google Grants program. This lets us use Google’s Adwords free of charge up to a maximum number of words per month. We’ve had great results since learning to perfect our Adwords campaigns: they are generating about 20,000 visits per month. And while we can’t be certain, we think that the boost to our PageRank is partly linked to using Adwords.

All of this is, along with publicity campaign we will be running in the fall and winter, is aimed at driving more visitors to our site. Eventually, we hope that Quebecers will have the reflex of looking to Éducaloi first for answers to legal questions. The better people understand their legal rights and responsibilities, they better they can sidestep conflicts, protect their rights and be savvy citizens. To help citizens reach that point, organizations like ours have to make legal information accessible to as many people as possible.

Retweet information »

Comments are closed.