Today

Wednesday: What’s Hot on CanLII? – June 2024

At the beginning of each month, we tell you which three English-language cases and French-language cases have been the most viewed* on CanLII in the previous month and we give you a small sense of what the cases are about.

For this past month, the three most-consulted English-language decisions were:

  1. Maxol Wealth Investments Inc. v. Arash Missaghi, et al., 2024 ONSC 3179

[1] This was a motion by the Defendants, Valiollah Onsori-Saisan and Skymark Capital Corporation (“moving parties”), to set aside a Mareva injunction originally obtained on a motion without notice (ex parte motion). In the event the court declines to lift the injunction, the moving parties ask that a further $60,000 be released to Miller Thomson LLP, in trust, for the purposes of funding the defence of the moving parties and another defendant Misco Holdings Inc. (“Misco”).

[2] The original motion for a Mareva injunction arose from the plaintiff’s loss of $1.28 million to a syndicated mortgage fraud. An aggressive mortgage broker encouraged the plaintiff’s principal to free up capital in the family home to invest in private mortgages with other participants to earn high interest. Once the plaintiff invested the funds, the returns on investments would be paid for long enough to allow the recipients to move the money around and out of reach.

[3] The fraud, as described in the statement of claim and in both sides’ affidavits, took place over a stretch of time. It started with the plaintiff’s principals’ expression of interest in creating an investment fund for the family by releasing the equity in their home. They mortgaged their home with an institutional lender and paid into a fund that promised a higher rate of return through the investment in syndicated private mortgages. They created the plaintiff holding company for the purpose of managing the investment.

(Check for commentary on CanLII Connects)

  1. York Region District School Board v. Elementary Teachers’ Federation of Ontario, 2024 SCC 22

[2] The private communications of two teachers, recorded on their personal, password-protected log, were read and captured by screenshots taken by their school principal. These communications then formed the basis for the school board to issue written reprimands. The teachers’ union grieved the discipline, claiming that the search violated the teachers’ right to privacy at work. No Charter breach was alleged. A labour arbitrator, appointed pursuant to the collective agreement, dismissed the grievance. Applying the arbitral “balancing of interests” framework, the arbitrator found there was no breach of the teachers’ reasonable expectation of privacy when balanced against the school board’s interest in managing the workplace, set out in s. 265 of the Education Act, R.S.O. 1990, c. E.2.

[3] On judicial review, the majority of the Divisional Court upheld the reasonableness of the arbitrator’s decision. The majority held that no Charter issues arose from the search because an employee does not have a s. 8 Charter right in a workplace environment, unlike in a criminal context. The dissent found that the Charter applied and the arbitrator’s decision was unreasonable because she misunderstood the nature of the s. 8 right. The Court of Appeal unanimously allowed the appeal and quashed the arbitrator’s decision. It held that the majority of the Divisional Court erred in concluding that s. 8 did not apply. The Court of Appeal conducted a correctness review and held that the search was unreasonable under s. 8 of the Charter.

[4] I would dismiss the appeal, although my reasoning follows a different pathway than that of the Court of Appeal. Teachers are protected by s. 8 of the Charter in the workplace, as Ontario public school boards are inherently governmental for the purposes of s. 32 of the Charter. Consequently, the grievance at issue implicated an alleged violation of a Charter right, and s. 8 of the Charter was a legal constraint bearing on the arbitrator’s analysis.

[5] The arbitrator erred by limiting her inquiry to the arbitral framework without regard for the legal framework under s. 8 that, as a matter of law, she was required to respect. The effect of my conclusion on this point is not to displace existing arbitral jurisprudence, but to supplement it in order to ensure the protection of constitutional rights in the workplace. The s. 8 framework being contextual, it must be adapted to account for the circumstances in which the Charter right is asserted.

(Check for commentary on CanLII Connects)

  1. Law Society of Ontario v. Masgras-Irshidat, 2024 ONLSTH 56

[1] Frederika Rotter (for the panel):– The Law Society brought an application under s. 34(1) of the Law Society Act, RSO 1990, c. L.8 (the Act), for a determination whether the Lawyer, Georgiana Stefania Masgras-Irshidat, contravened s. 33 of the Act by engaging in professional misconduct and/or conduct unbecoming a licensee. She is alleged to have misconducted herself in connection with her actions on behalf of Clients A and B.

[2] The Lawyer has admitted the allegations regarding Client B and two allegations with respect to Client A. The Law Society dropped one allegation with respect to Client A, but the Lawyer has contested the remaining allegations concerning Client A, who she purported to represent, in the absence of any instructions or authorization to do so.

[3] These reasons first deal with those contested allegations. We then deal with the facts and findings for the uncontested allegations.

(Check for commentary on CanLII Connects)

The three most-consulted French-language decisions were:

  1. Pharmaciens (Ordre professionnel des) c. Deblois, 2024 QCCDPHA 15

[1] M. Bernard Deshaies (le plaignant) dépose, en sa qualité de syndic adjoint de l’Ordre des pharmaciens du Québec (l’Ordre), une plainte disciplinaire de cinq chefs d’infraction contre M. Christian Deblois (l’intimé) auprès du Conseil de discipline de l’Ordre (le Conseil).

[2] Les deux premiers chefs lui reprochent d’avoir fait défaut de subordonner son intérêt personnel et celui de la société de pharmaciens dans laquelle il a des intérêts à celui de ses patients en leur vendant ses propres préparations de solution de rinçage, alors qu’il existait une préparation commerciale plus avantageuse pour les patients.

[3] Il est allégué aux troisième et quatrième chefs que l’intimé a commis des actes dérogatoires à l’honneur et à la dignité de la profession en obtenant de la clientèle par l’entremise de deux centres hospitaliers, ou en s’entendant avec ceux-ci à cette fin pour différentes préparations injectables stériles.

[4] Le cinquième chef reproche à l’intimé d’avoir illégalement versé un avantage relatif à l’exercice de sa profession en diminuant, par le biais d’une entente avec l’un de ces centres hospitaliers, la contribution financière devant être acquittée par certains patients lors de l’achat de différentes préparations injectables stériles dont le coût est assumé par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ).

[5] Le 12 janvier 2024, le plaignant demande l’autorisation de remplacer au cinquième chef les mots « la RAMQ » par « le régime général d’assurance médicaments », ce que le Conseil autorise séance tenante.

[6] Suivant cette modification, l’intimé enregistre un plaidoyer de culpabilité sous les deux premiers chefs de la plainte modifiée. Le Conseil le déclare coupable, séance tenante, de l’infraction prévue à l’article 44 du Code de déontologie des pharmaciens (Code de déontologie).

(Check for commentary on CanLII Connects)

  1. Desbiens c. Standish, 2024 QCCA 725

[10] Au début de l’année 2017, deux adolescentes agissant séparément portent plainte à la police pour dénoncer X, dont les parents sont les appelants dans le présent pourvoi. Ces plaintes donnent lieu au dépôt d’accusations d’agression sexuelle ainsi qu’à l’arrestation de X, une première fois en mars 2017, puis une nouvelle fois en avril 2017. Parallèlement, X est suspendu de l’école secondaire qu’il fréquente alors et les élèves de l’établissement sont informés des accusations pesant contre lui. Peu de temps après, une troisième adolescente porte plainte, ce qui donne lieu au dépôt de nouvelles accusations.

[11] Après que les appelants eurent recueilli des éléments de preuve disculpant leur fils, le ministère public conclut ne pas être en mesure de faire la preuve des infractions lui étant reprochées. X est ensuite acquitté de toutes les accusations — le 25 août 2017 dans le premier dossier, le 22 septembre 2017 dans le deuxième et le 10 novembre 2017 dans le troisième.

[12] Dans la demande introductive d’instance qu’ils déposent en février 2020, les appelants — qui agissent à la fois personnellement et pour le compte de leur fils — allèguent que les trois plaignantes, dont les parents sont défendeurs en première instance et intimés dans le présent pourvoi, ont « induit les policiers et les procureurs de la Couronne en erreur en soumettant des allégations fausses et mal fondées »[3]. Ils ajoutent que, par leur comportement, les plaignantes ont délibérément porté atteinte aux droits fondamentaux que confère à leur fils l’article 4 de la Charte des droits et libertés de la personne (« Charte québécoise »). Ils réclament la somme de 135 000 $ en dommages-intérêts compensatoires pour les troubles, les inconvénients, la souffrance et le stress qu’eux et X ont subis, ainsi qu’une somme 16 100 $ pour divers frais. En outre, s’appuyant sur l’article 49 de la Charte québécoise, ils réclament la somme de 150 000 $ en dommages-intérêts punitifs.

[13] Les intimés répondent en déposant une demande en irrecevabilité fondée sur l’article 168 al. 2 C.p.c.. À leurs yeux, il est manifeste que l’action intentée à leur encontre est fondée sur une atteinte à la réputation et qu’elle est prescrite, la Cour supérieure n’ayant pas été saisie dans l’année suivant les acquittements.

(Check for commentary on CanLII Connects)

  1. Ville de Saint-Bruno-de-Montarville c. Sommet Prestige Canada inc., 2024 QCCA 804

[2] Les intimées sont propriétaires d’un terrain boisé connu sous le nom de « Boisé des Hirondelles » (« Boisé ») situé sur le territoire de la municipalité appelante. Elles souhaitent y construire une trentaine de résidences unifamiliales. Le projet donne lieu à de nombreux échanges avec les représentants de l’appelante qui souhaitent s’assurer de limiter ses impacts sur l’intégrité du Boisé. La preuve démontre qu’il s’agit d’un milieu naturel ayant, aux yeux des autorités municipales et de l’agglomération de Longueuil, une certaine importance pour le maintien de la connectivité des espaces naturels présents sur le territoire de la municipalité et présentant un certain intérêt au niveau de la biodiversité, notamment en raison de la présence d’une espèce floristique protégée, à savoir le ginseng à cinq folioles.

[3] Aux termes de ces négociations, les intimées acceptent de modifier leur projet et s’engagent à respecter 113 contraintes imposées par l’appelante. Le projet amendé est ensuite avalisé par cette dernière et une entente relative à l’aménagement des infrastructures municipales intervient entre les parties.

[4] L’élection d’un nouveau conseil municipal entraîne cependant un changement de cap. Les élus municipaux adoptent une série de modifications à la réglementation municipale qui, de l’avis des intimées, rendent impossible tout développement résidentiel du Boisé.

[5] Les intimées intentent donc un recours contestant la légalité des dispositions réglementaires en cause et réclament subsidiairement une indemnité pour expropriation déguisée. Suivant leurs prétentions, l’effet de la réglementation contestée devait être assimilé à une expropriation au sens de l’article 952 C.c.Q. À l’aube du procès, les intimées modifient toutefois leurs procédures afin d’inverser l’ordonnancement des conclusions recherchées et solliciter au premier chef la « juste et préalable indemnité » que prévoit cette disposition.

[6] Le procureur général du Québec est appelé en garantie par la municipalité appelante. Cette dernière demande que le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques l’indemnise pour toute somme qu’elle pourrait être tenue de payer à titre d’indemnité et réclame le remboursement de ses honoraires extrajudiciaires.

[7] La question du quantum de l’indemnité de même que celles que soulève le recours en garantie de l’appelante font l’objet d’une scission d’instance.

(Check for commentary on CanLII Connects)

* As of January 2014, we measure the total amount of time spent on the pages rather than simply the number of hits; as well, a case once mentioned won’t appear again for three months.

Start the discussion!

Leave a Reply

(Your email address will not be published or distributed)